Photo du panneau présent à l'entrée du Monument Canadien à l'occasion de la commémoration de la Bataille de Vimy

L’histoire de la bataille

 

La prise de la crête de Vimy par les troupes canadiennes (avril 1917)

Dès le début du conflit, les Allemands s’emparent des hauteurs des collines d’Artois qui deviennent des positions essentielles de leur ligne de défense. En mai 1915, l’armée française reprend pied sur le plateau de Notre-Dame- de-Lorette après des mois de lutte acharnée. La crête de Vimy reste cependant aux mains des Allemands malgré la percée des soldats de la Division marocaine. A partir de 1916, la défense du front d’Artois est assurée par le Corps Expéditionnaire Britannique. Une opération d’envergure est planifiée au printemps 1917 afin de soutenir l’offensive française dans l’Aisne au Chemin des Dames : la célèbre « bataille d’Arras ». Sur un front qui s’étend de Notre-Dame-de- Lorette jusqu’à Croisilles (village à 10km au sud d’Arras), les quatre divisions canadiennes commandées par le Général Julian Byng se voient confier le secteur de Vimy. Deux divisions allemandes leur font face. L’assaut est lancé le 9 avril 1917 à 5h30 du matin après 4 jours de bombardements intenses sur les tranchées allemandes. Le Corps Canadien attaque la crête de manière frontale, aidé sur son flanc gauche par une division britannique placée sur les hauteurs de Givenchy-en- Gohelle (cote 120 surnommée The Pimple « le Bourgeon »). Les conditions de combat sont difficiles à cause de la neige qui rend le terrain boueux. Pourtant, vers 13 heures, les Canadiens sont maîtres de la crête dans sa totalité. The Pimple est repris le 12 avril. C’est une éclatante victoire mais les pertes sont effroyables : 10 602 victimes dans les rangs canadiens, soit 3 598 tués et 7 004 blessés ; 20 000 morts et 4 000 prisonniers du côté allemand. Au-delà de la supériorité numérique des Alliées face aux troupes allemandes, le succès de cette bataille est surtout dû à sa formidable préparation : création de souterrains dès l’hiver 1916 pour le cantonnement et le mouvement des troupes, répétitions en conditions réelles à l’arrière et entrainement physique, instructions précises données aux hommes, déploiement considérable d’artillerie selon la tactique du « barrage roulant » en appui de l’infanterie (près d’un million d’obus sont tirés, tous calibres confondus). En 1920, le site est choisi comme lieu d’implantation d’un mémorial national en l’honneur des soldats canadiens tombés en Europe pendant le conflit. La capture de la crête de Vimy revêt un caractère particulier puisque, pour la première fois depuis le début de la guerre, les quatre divisions canadiennes combattent ensemble en tant que corps d’armée distinct. Aujourd’hui encore, cette victoire est considérée comme majeure dans l’histoire de la nation canadienne.

carte-etat-major

discours-vimy-2014

semaine canadienne

exposition les vélos pendant la guerre

 

Visitez le Parc commémoratif canadien de Vimy

Un monument chargé d’histoire

 

Inauguré en 1936, le mémorial réalisé par l’architecte-sculpteur Sir Walter Seymour Allward rend hommage aux 66 000 soldats morts au combat pendant la Première Guerre mondiale en Europe de l’Ouest. Il est composé de 2 piliers, symbolisant l’amitié entre la France et le Canada, et de 16 statues, dont celle d’une femme représentant le Canada qui pleure ses fils disparus. Sur le socle du monument sont gravés les noms des 11 285 soldats dont les corps n’ont pas été retrouvés. Le mémorial prend place au sein d’un parc de 110 hectares, don de la France au Canada, qui comprend également 2 cimetières : le Canadian Cemetery n°2 qui accueille 693 canadiens et dont 70 % des près de 3 000 soldats y reposant n’ont pas été identifiés et le Givenchy Road Canadian Cemetery composé quasi-exclusivement de sépultures de soldats canadiens tombés durant la Bataille de Vimy. Comme dans tous les cimetières britanniques, un livret à l’entrée permet de situer les différentes sépultures. A proximité, il est possible de visiter des tranchées préservées ainsi qu’une partie des souterrains ayant servi lors de la bataille. Un centre d’interprétation apporte les clés de lecture indispensables pour saisir l’implication canadienne dans le conflit. Dans le cadre du centenaire, un nouveau centre est inauguré le 8 avril 2017 et ouvre au public le 10 avril 2017. Le site sera fermé au public du 6 au 9 avril 2017 à l’occasion des commémorations. Centre d’interprétation et tranchées ouvert le lundi de 11h à 17h et du mardi au dimanche de 9h à 17h.
Fermé de mi-décembre à mi-janvier. Mémorial accessible toute l’année. Tél. : + 33 (0)3 21 50 68 68 – vimy.memorial@vac-acc.gc.ca. – Route Départementale 55, Vimy

 

Légende

  1. Mémorial national du Canada à Vimy
  2. Toilettes publiques
  3. Bureau administratif
  4. Monument à la Division marocaine
  5. Cimetière canadien n°2
  6. Cimetière canadien du chemin de Givenchy
  7. Souterrains et tranchées restaurées
  8. Centre d’accueil
  9. Stationnement

 

Vous trouverez une foule de renseignements concernant le Mémorial national du Canada à Vimy sur le site internet des Vétérans Canadiens.