8 AVRIL – 12 NOVEMBRE 2017

LENS’14-18

Centre d’Histoire Guerre et Paix

à Souchez


L’exposition évoque un aspect peu connu du premier conflit mondial, la guerre souterraine qu’ont livrée les soldats canadiens, réfugiés dans les entrailles de la terre pour se prémunir de la puissance meurtrière de l’artillerie. Issus d’un pays neuf, venus combattre – et pour beaucoup mourir – à des milliers de kilomètres de leur foyer, ils ont plus que tous les autres belligérants marqué leur passage en France par des graffitis et des sculptures tracés dans les parois de craie des cavités souterraines de l’Artois et de la Picardie, où ils ont séjourné avant de monter à l’assaut ou pendant les périodes de repos à l’arrière du front.

Après une présentation synthétique des étapes de l’implication du Canada dans les combats et des pertes qu’il a subies, sont décrits les conditions de vie des troupes entre deux assauts, leurs lieux de cantonnement, leurs hôpitaux, leurs camps d’entraînement dans les villages le long de la chaussée Brunehaut, mais aussi les liens noués avec les populations civiles.

Les traces (inscriptions et graffitis) laissées par les soldats canadiens sont ensuite présentées, à la fois par la cartographie des vestiges conservés, par les techniques utilisées et par leurs contenus (noms, badges, images de femmes, symboles religieux et patriotiques, caricatures, thèmes maçonniques…).

Vimy 1917, la guerre souterraine des Canadiens

Deux sites canadiens majeurs sont plus précisément évoqués, en particulier par la réalisation de campagnes de prises de vue photographique et de modélisation 3D, les souterrains de Maison-Blanche à Neuville-Saint-Vaast (Pas-de-Calais) et de Bouzincourt (Somme).

En contrepoint, sont rappelées les productions des autres nationalités combattantes, Américains (« creute » de Froidmont à Braye-en-Laonnois), Australiens (grottes de Naours) ou Néo-Zélandais (carrière Wellington à Arras), et naturellement Français et Allemands (carrières du Chemin des Dames).

Les traces ainsi relevées sont l’occasion de suivre les parcours de nombreux soldats, depuis leur domicile, au Canada, jusqu’au lieu de leur mort, sur le front français, grâce à des recherches complémentaires menées en archives aussi bien qu’auprès des familles.

L’exposition permet ainsi de mettre en valeur des témoignages méconnus, fragiles, exposés à l’érosion naturelle et au vandalisme, mais aussi irremplaçables en ce qu’ils constituent souvent la seule trace du passage d’hommes ordinaires, venus mourir sur un sol étranger pendant la Première Guerre mondiale.

Exposition proposée par le Département du Pas-de-Calais en partenariat avec l’Institut national de recherches archéologiques préventives, la Communauté d’Agglomération de Lens-Liévin et l’Office de tourisme et du patrimoine de la Communauté d’Agglomération de Lens-Liévin.

Exposition labellisée par la Mission du Centenaire .

LENS’14-18

Centre d’Histoire Guerre et Paix

102 rue Pasteur- 62153 Souchez.
Tél : 03.21.74.83.15 – www.lens14-18.com

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h.

Ouverture exceptionnelle les lundis 10 et 17 avril

Fermeture à 17h du 1er novembre au 12 novembre.

Exposition bilingue (français-anglais).

Entrée gratuite